Welcome to Miami
South Beach
Welcome to Miami

Le vol: long, chiant, crevant. Une centaine d'heures de Bruxelles à Washington et 2 de plus pour atteindre Miami.
Cependant, pour la première fois dans l'histoire de ma vie de voyageuse aérienne, je n'ai pas été malade.
J'ai même... mangé!!!
Oui moi, Yasmine, 22 ans, 1m58, je me suis nourrie dans l'avion et mon estomac est resté à sa place. Fait à marquer dans le annales.

Bon, après s'être faites arnaquer par un chauffeur de taxi peu scrupuleux, qui, soit dit en passant, nous a déposées au mauvais hotel, nous avons fini par arriver à bon port vers 23h et des poussières.
5h du matin en Afrique du Sud et à Bruxelles: impossible d'appeler Maman ou Muriel (notre cousine restée à Bruxelles qui nous a déposé à l'aéroport), ou qui que ce soit d'ailleurs.

Le lendemain matin, après le petit déjeuner (qui à nos yeux s'apparente plus à un repas de midi), une autre mauvaise surprise nous attend. En effet, la fille de l'agence de voyages nous avait assuré que le prix que nous avon spayé couvrait non seulement le séjour mais aussi le petit déjeuner et le souper. FAUX et ARCHI-FAUX! Je peux vous assurer qu'elle a dû sentir les malédictions proférées outre-Atlantique contre sa personne.

J'ai oublié de préciser que la veille au soir en arrivant à l'hotel pour le check-in, épuisées et n'aspirant qu'à une bonne douche et un lit confortable, il a fallu payer $54 de frais pour:

  • la télévision (et ses 4-5 chaînes)
  • le coffre-fort (que nous n'avon spas utilisé parce qu'il ne fonctionnait pas)
  • la piscine, dans laquelle nous n'avons même pas trempé un orteil.
  • Ces frais nous permettaient également d'utiliser les transats mais pas les parasols. Fallait payer pour ça aussi! On s'est même demandé ma soeur et moi combien ça allait nous coûter pour aller aux toielttes...

    Ensuite il a fallu aller faire les courses. Heureusement, notre chambre était équipée d'une kitchenette - pratique -.

    Après ça, première visite de la ville et découverte de ce qu'elle a à offrir: AVENTURA MALL. Oh My God! Et dire que je pensais que le «WOluwe Shopping Center» était un centre commercial...
    Aventura Mall fût la preuve irréfutable que ces américains voient tout en grand; en extra large même.

    C'était le premier jour. On a aussi passé 2 petites heure sur la plage privée de l'hotel. Magnifique.
    Quand j'étais petite, j'allais à Knokke. Pour moi, c'était ça l'image de la plage, du bord de mer. J'ai découvert qu'il y avait mieux. A Miami ce jour-là, le sable était chaud, le ciel bleu et dégagé et il n'y avait pas un nuage à l'horizon. L'eau était turquoise et transparente.

    Le lendemain, on décide d'aller faire un tour à South Beach. Et là mes amis, pas de regrets. Il n'y a en rélaité que la chaleur qui dérange. A part ça, ily a des tonnes de magasins: James Street, Lincoln Road, etc. Et les gens sont gentils. Ils vous disent bonjour, vous encouragent à sourire lorsque vous avez l'air renfrogné. Dans les shops, les vendeur viennent tout de suite vers vous en vous demandant comment ils peuvent vous aider.

    Vient ensuite le chapitre le plus intéressant: LES MECS. Non seulement ils sont mignons (canons même) mais en plus, même s'ils en sont conscients, ils ne se prennent absolument pas au sérieux. Ils font des compliments et vous mettent tout de suite à l'aise. On nous a même dit qu'on trouvait nos accents très sexy.

    Voilà en gros de quoi a été fait le séjour. Réveil à 10-11h, petit déjeuner suivi d'une petite heure de farniente sur la plage.
    Puis, lecture ou mots fléchés pendant au moins 2h et enfin, vers 16h, direction South Beach.

    Le chauffeur du shuttle de l'hotel ne comprenait pas (il n'a toujours pas compris d'ailleurs) pourquoi on y allait tous les jours. On a quand même prit la peine de lui expliquer la grande (l'énorme) différence entre James St et la Rue Neuve, Lincoln Road Mall et l'Avenue Louise, malgré la réputation de cette dernière.

    Trois jours avant les "VMA" (comprenez Video Music Awards) débuta la chasse aux stars. Et des célébrités à Miami, en veux-tu en voilà:

  • Missy Elliott (accompagnée bien sûr de Tweet, l'étoile montante qui aux dernières nouvelles, monte toujours)
  • Christina Milian: trop belle, trop sympa
  • X-Zibit: tellement cute en vrai parce qu'à la télé... et super gentil
  • 50 Cent, Janet Jackson, ...
  • Le Jour J arrivé: déception. Ces connards d'organisateurs se sont arrangés pour placer le tapis rouge derrière l'ARENA!!! Donc, les seuls êtres humains (bénis) qui ont pu assister aux entrées sont d'une part, ceux qui avaient assez d'argent pour acheter des tickets (pas nous) et d'autre part, les heureux propriétaires de yatch car la satanée "porte" choisie donnait sur BAYSIDE. Jusqu'à preuve du contraire, nous ne faisaons pas partie de cette catégorie non plus! MAWA.

    De retour à l'hotel à 1:30 du matin, épuisées, courbattues, sales et avec pour seuls trésors: une photo dédicacée de Missy Elliott, un t-shirt de LL Cool J et le bracelet d' X-Zibit. Tout ça pour ca.
    Ah oui, j'oubliais; il se peut qu'on passe à la télé parce que MTV filmait aussi les centaines de pauvres malheureux comme nous, parqués de l'autre côté du boulevard. Piètre consolation...

    Enfin, nous avons passé les deux derniers jours entre shopping de dernière minute et préparatifs du départ, mais surtout en recherche effrénée d'un produit pour cheveux pour Mamy, dont elle-même ne retient pas le nom. Je doute d'ailleurs que Maman me l'ait bien épelé. La recherche n'a bien entendu obtenu aucun succès.

    Pourtant, ces deux dames continuent d'affirmer qu'une amie leur a dit avoir acheté le fameux produit ici, à Miami. Heu, en 1958 peut-être?

    Il est 11:45'. Nous sommes à l'aéroport, en attente d'embarquer pour Washington-Dulles. Nous quittons Miami la mort dans l'âme pour certainement retrouver Bruxelles ensevelie sous la grisaille, comme d'habitude. Cette belle ville était un peu devenue un peu la nôtre, notre hotel un immeuble et notre chambre un appartement. Mais voilà, il est temps de rentrer, d'aller à la maison...où personne ne nous attend. Bye Bye Miami.




    Yasmine Yende - Writer
    Typewriter
    Thanks for checking out my blog!
    Please come back soon for more interesting news.

    infinity
    I‘m Yasmine

    Let Me Tell You About Myself


    As far as I can remember, I have always loved to write.

    I was about 10 years old when I wrote my first article. It was for my father's newspaper: La Une.


    BOOKS YOU CAN BUY

    Guests Online

    We have 46 guests and no members online

    Newsletter

    Subscribe to our newsletter to receive alerts about our latest publications.